Méditons sur les textes liturgiques du dimanche prochain 21ème dimanche TOC



Merveille du don
La salut, voilà ce dont il est question aujourd’hui, dans l’Ecriture. En sommes-nous préoccupés ? Et si oui, comment ? Pensons-nous avoir des comptes à tenir avec Dieu pour mériter le Salut ? Croyons-nous que d’autres, eux, n’y ont pas droit ? La parole de Dieu dit que le salut est offert à tous (1er lecture), mais qu’il est exigeant (2ème lecture). Jésus a été très clair : seule compte la conversion du cœur, l’acceptation de la "porte étroite", avec lui (évangile). Les invités au festin du royaume sont ceux qui ont suivi les chemins du Royaume, sachant renoncer à eux-mêmes pour aimer leurs frères, à l’exemple même du Seigneur.

Dieu un don pour tous
La liturgie de la Parole s’inaugure dans un grand souffle de Pentecôte : "Moi, je viens rassembler toutes les nations, de toute langue. Elles viendront et verront ma gloire". Le vrai Dieu est un Dieu pour tous. Son visage est radicalement autre que celui que proposent tous les fanatismes ! Il rayonne du désir de rendre heureux tous les hommes, de les rendre heureux de sa propre joie, cela en l’absence de toute complaisance, jamais à bas prix. La deuxième lecture aux Hébreux, le rappelle. L’évangile le confirme. Toutes les paroles du Christ, si nettes, voire dérangeantes, sont celles de l’amour. Il nous aime jusqu’à se donner lui-même pour que nous vivions de sa vie. Il ne nous bernera pas, ne nous bercera pas d’illusions : il nous répondra en vérité par ce qu’il est, par ce qu’il fait.

Donner une place à chacun
"Qui peut être sauvé" : l’exigence de l’Évangile de ce jour concerne la manière dont nous serons jugés à la fin des temps, et non un jugement que nous aurions à porter aujourd’hui sur les personnes qui fréquentent nos assemblées ou que nous côtoyons au quotidien. Au contraire, de la même manière que les foules seront invitées à prendre place au festin du royaume de Dieu, nous avons à porter une attention particulière à ceux qui ne fréquentent pas habituellement nos assemblées ou viennent peut être pour la première fois ; à ceux qui sont différents de nous d’une manière ou d’une autre. N’attendons pas un temps favorable car tout instant est favorable pour être attentif à l’autre qui est aussi notre frère.

Dans la même rubrique

SUIVEZ-NOUS


Newsletter
Tous Droits Reservés 2015 - ARCHIDIOCESE DE GAROUA
Développé et hébergé par TELES HOSTING