« LA PRISE DE POSSESSION CANONIQUE EST UNE EXIGENCE JURIDIQUE ».



Kawtal. - mgr Faustin ambassa « prend canoniquement possession du
diocèse de Garoua ». Quels est le sens et la portée d’un tel événement ?

abbé maurice Yaya Sarde.- La prise de possession canonique d’un Diocèse est une exigence juridique. ar cet acte, l’évêque promu acquiert le gouvernement du Diocèse qui lui
a été confié par le Saint-Père. Le code de droit canonique stipule que « l’évêque promu ne peut s’ingérer dans l’exercice de l’office qui lui est confié avant la prise de possession canonique du diocèse. » (can. 382, §1 CIC/8). Sont concernés par la prise de possession, à des degrés différents, les évêques diocésains, les coadjuteurs, les auxiliaires, les curés, les modérateurs d’une paroisse in solidum.

Qu’est ce qui traduit concrètement cette prise de possession canonique ?
La cérémonie consiste essentiellement dans la présentation des lettres apostoliques au collège des consulteurs du Diocèse, en présence du chancelier de la curie qui en dresse le procès-verbal ; ou bien, dans les Diocèses nouvellement érigés, au moment
où il donne communication de ces lettres au clergé et au peuple présent dans l’église cathédrale, le prêtre le plus ancien parmi les présents en dresse le procès-verbal. Il est toujours
recommandé que cela ait lieu à l’occasion d’une cérémonie liturgique solennelle dans la cathédrale, en présence du peuple. La profession de foi et le serment de fidélité au Siège
apostolique doivent avoir été formulés au préalable.

Quelles sont les obligations qui attendent le nouvel archevêque ?
L’évêque promu doit prendre possession de sa charge au plus tard dans les 04 mois de la réception des lettres apostoliques s’il n’est pas déjà évêque, dans les 02 mois dans le cas
contraire. L’une des premières obligations d’un évêque, après qu’il ait été nommé à la tête d’un Diocèse est la prise de possession du siège épiscopal. La charge de l’administrateur
du Diocèse cesse avec cette prise canonique du Diocèse par l’évêque nouvellement nommé (can. 430, §1 CIC/83). En fin de compte, le canon 381 dispose que « Àl’évêque diocésain
revient, dans le Diocèse qui lui est confié, tout le pouvoir, propre et immédiat pour l’exercice de sa charge pastorale, à l’exception des causes que le droit ou un décret du Pontife Suprême réserve à l’autorité suprême ou à une autre autorité ecclésiastique »■

Propos recueillis par l’abbé Philippe TCHIMTCHOUA

Dans la même rubrique

SUIVEZ-NOUS


Newsletter
Tous Droits Reservés 2015 - ARCHIDIOCESE DE GAROUA
Développé et hébergé par TELES HOSTING