Comment articuler les besoins de l’Eglise et ses propres besoins ?



Pour répondre à cette question, je propose de nous déplacer un peu. Plutôt que de nous situer au niveau des besoins, mettons-nous ensemble face à l’appel de Dieu : comment concilier les appels que le Seigneur lance à l’Eglise et ceux qu’il me lance.

Ce qui est clair, puisque c’est le même Dieu qui appelle, c’est qu’ils ne peuvent pas être contradictoires. Ce qui est clair également c’est que quand Dieu appelle, si cela peut-être exigeant, il donne toujours les moyens de vivre ce à quoi il appelle en en faisant - qui plus est - le lieu de notre joie et de la joie du monde.

Petit à petit, on le voit, la question se déplace : comment discerner en Eglise ce à quoi le Seigneur nous appelle ensemble et personnellement. L’un ne peut se réduire à l’autre, mais l’un ne peut s’opposer à l’autre. Et si tel semble être le cas, c’est que nous ne sommes pas devant l’appel du Seigneur et qu’il faut continuer à chercher.

Ce discernement ne peut jamais se faire seul. Il demande du temps, parfois des tâtonnements, et au bout du compte beaucoup de confiance dans le Seigneur et dans son Eglise. Combien d’entre nous avons été surpris par tel appel de l’Eglise qui ne semblait pas immédiatement répondre à nos besoins et de découvrir combien le Seigneur nous y a comblés. C’est qu’il nous attendait bien là et que nous avions raison de ne pas faire confiance qu’à nos sentiments.

En même temps, ce discernement ne peut jamais nous être imposé. L’appel du Seigneur s’adresse toujours à notre liberté profonde. La demande de conseil voir l’accompagnement spirituel sont ici très précieux pour passer du « je me sens appelé à » ou « j’ai envie de » à « le Seigneur m’appelle, et je veux y répondre librement ».

Article Proposé par le CLUB Journal

Dans la même rubrique

SUIVEZ-NOUS


Newsletter
Tous Droits Reservés 2015 - ARCHIDIOCESE DE GAROUA
Développé et hébergé par TELES HOSTING