Ascension du Seigneur



Our Lady of Divine Mercy Parish Préparons le jour du Seigneur
Homélie de l’Ascension du Seigneur Par l’abbé Philippe Tchimtchoua
L’Ascension inaugure la mission de l’Eglise

Bien aimés de Dieu, chers frères et sœurs, chers amis dans le Nom de Jésus-Christ ! Nous célébrons, en ce jour béni, la Solennité de l’Ascension du Seigneur Jésus-Christ. Après sa passion, sa mort, sa résurrection ; après s’être montré vivant, à ses disciples, pendant quarante jours ; leur donnant bien des preuves de sa résurrection, Jésus retourne maintenant vers son Père. Mission accomplie pour Lui, Il repart vers celui qui l’a envoyé. Il aurait pu se constituer un royaume sur la terre et y régner en maître absolu. Mais non, il préfère se faire glorifier par celui qui l’a envoyé. Ce peut être une bonne leçon pour nous. Toujours rendre compte à celui qui nous envoie. Toujours retourner vers le Père qui nous appelle et nous envoie. Au terme de notre mission sur terre, serions-nous prêt de retourner rendre compte à celui qui nous a envoyé en mission ici-bas ?

L’ascension par contre, n’est pas qu’une histoire de compte rendu. La montée de Jésus au ciel est un mystère qui concerne directement l’Eglise sur la terre. Que ce soit dans les récits de Saint Luc (à la fin de l’évangile de Luc et au début des actes des apôtres écrits par Luc), ou encore, dans l’Evangile de Mathieu, et notamment, dans l’épitre de Saint Paul Apôtre aux éphésiens, la tonalité est la même : c’est Jésus qui monte au ciel, mais ce sont les disciples qui doivent maintenant entrer dans l’action missionnaire. Les disciples représentent l’Eglise. Ils ne doivent pas rester là, à regarder les nuages. Ils doivent porter l’Evangile aux extrémités de la terre. C’est l’Eglise tout entière qui doit résolument aller en mission. Jésus a fini sa mission sur terre, l’Eglise est chargée de continuer ce que Jésus a commencé. Et pour ce faire, l’Eglise n’est pas seul, elle sera assistée par l’Esprit-Saint, l’acteur principale de l’Evangélisation. En fait, nous ne sommes que des serviteurs inutiles, le principal protagoniste de l’évangélisation c’est le Saint Esprit. C’est le Saint Esprit qui crie en nous Abba, Père, c’est lui qui nous converti et permet l’édification de nos Eglises. C’est pourquoi l’invocation du Saint Esprit dans nos prières est très importante.

En achevant sa mission sur le terre, Jésus nous mets en mission. La mission qu’il nous confie à tous, après Lui, est principalement celle d’être témoin de la Bonne-Nouvelle. « Alors, vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie et jusqu’au Extrémité de la terre » dit-il dans les actes des Apôtres. Dans l’Évangile, il expliquera clairement ce que cela signifie que d’être témoins. « De toute les nations, faites des disciples, baptisez les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez leur à garder tous les commandements que je vous ai donné », conclut-il. Etre témoin, c’est donc aller en mission d’évangélisation, appeler les gens à la conversion et leur apprendre à respecter les commandements de Dieu. Voilà notre mission. Et pour ce faire, nous ne sommes pas seuls. « Mais, vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous » dit Jésus. Il ajoute « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ». La dernière apparition du Christ à ses disciples clôture la période où Jésus était sur la terre avec les siens et inaugure une nouvelle ère : celle de l’Eglise avec l’Esprit Saint en Mission d’Evangélisation.

La mission de Jésus sur la terre n’a duré que quelques année : de son baptême à l’ascension, justement. La mission de l’Eglise, par contre, dure depuis 2020 ans et va encore durer jusqu’au retour glorieux de Jésus. Quelque soit la durée de notre mission sur terre, quelques soient les délais du retour glorieux de Jésus, le temps presse vite. Saint Paul dira « l’amour du Christ nous presse » et la vie est courte pour s’acquitter de la responsabilité que le Seigneur nous a confié. Il ne saurait être question de rester inactifs, craintifs, plaintifs et vindicatifs. Désormais c’est à nous d’assumer la responsabilité d’annoncer la Bonne Nouvelle, assistée par une force d’en haut, celle de l’Esprit-Saint. C’est aussi le moment, pour nous, de préparer le dernier avènement de Jésus. Bien entendu, sans demander quand et comment reviendras-t-il. . Jésus qui monte aujourd’hui au ciel, reviendra à la fin des temps et nous devons nous préparer pour l’accueillir de nouveau. Prions le Seigneur de nous donner un Esprit de sagesse pour le découvrir et le connaitre vraiment. Qu’il ouvre notre cœur à sa lumière, et qu’il renouvelle sans cesse notre espérance.