BENEDICTION DU NOUVEAU PRESBYTERE



ARCHIDIOCESE DE GAROUA
CATHEDRALE SAINTE THERESE
BENEDICTION DU NOUVEAU PRESBYTERE

C’était une messe de 9h bondée des fidèles, comme on n’en avait jamais vu, depuis l’avènement de la pandémie de la Coronavirus. Et pour cause, la bénédiction du nouveau presbytère de la Cathédrale sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Garoua était programmée juste après celle-ci. A évènement spécial, mobilisation spéciale. Les fidèles, les invités, les bienfaiteurs, les sœurs et les prêtres étaient présents en nombre important pour vivre ce moment spécial de la vie de l’archidiocèse de Garoua.

Dans son allocution à la fin de la célébration eucharistique, présidée par Mgr Faustin Ambassa Ndjodo, archevêque métropolitain de Garoua, le Président du Conseil Pastoral Paroissial de la Cathédrale, M. Jean Ladang Palou a informé les fidèles de ce que le nouveau presbytère, situé en contre-bas de la Cathédrale, est un don de Dieu, comprenant un rez-de-chaussée, devant servir pour l’habitation des prêtres, et un sous-sol tenant lieu de salle polyvalente paroissiale.

Selon M. Taïwé Alberto, l’ingénieur des travaux, le nouveau presbytère est une œuvre qui s’étend sur une superficie de 995m2, pratiquement 100 m2 constituée d’un grand salon, une grande cuisine, un réfectoire, six studios modernes conforts, une chambre de passage, deux points d’eau pour le personnel et les visiteurs, deux salons privés, une terrasse permettant d’avoir une vue sur la ville de Garoua et la grande salle polyvalente.

Mgr Faustin Ambassa Ndjodo, le maître d’ouvrage, au terme du rituel de bénédiction a salué l’effort, l’engagement et la générosité des fidèles. Pour lui, le nouveau presbytère est une œuvre de Dieu qui n’aurait pas été possible sans l’effort des uns et des autres. Cette maison, c’est la maison de Dieu. C’est une œuvre qui va participer au salut des hommes. C’est le Seigneur lui-même qui l’a fait. Le disant, il a imploré la bénédiction de Dieu sur toutes les personnes qui ont ouvert leur cœur pour que cette œuvre se réalise : les concepteurs, les réalisateurs, les contributeurs de tous les genres, les personnes qui priaient pour le projet etc.

Ils doivent être fiers d’avoir fait quelque chose dans l’œuvre de Dieu ; et doivent toujours le faire avec joie à chaque fois que Dieu leur sollicite pour l’accomplissement de son œuvre. Et cette possibilité de participer à la réalisation de l’œuvre de Dieu nous est offerte depuis la fête de l’Épiphanie et elle reste toujours ouverte.

La joie était perceptible sur les visages : « je suis très satisfait, je me sens comblé, oubliant la fatigue et les difficultés endurés. Je suis content de tous les fidèles de la cathédrale » affirme le recteur. La sœur Nora, principal du collège sainte Thérèse, parle d’une grande joie de voir ce rêve devenir réalité. Tous étaient contents de voir que leurs efforts conjugués ont aboutis à un chef-d’œuvre. Maman Suzanne Kam, fidèle engagée de la cathédrale parle d’une joie qu’on ne peut mesurer. Papa Ngendo Emile, membre de l’équipe technique parle d’un miracle de Dieu.
Au final, c’est l’effort de toute la communauté qui était célébrée … en attendant de parachever la cathédrale elle-même.

Pour Codicomg, je suis Philippe Tchimtchoua, le communicant de la paix, depuis la colline de Nkol-Bives. « Rendons toujours visible la charité qui nous anime ».